vendredi 22 juillet 2016

Je suis française, je suis le monde, je suis n'importe qui.

Bonjour bonjour ! 

Aujourd'hui je reviens pour vous parler de ressentie, de sentiments, utilisez tout les mots ayant un rapport plus ou moins proche avec les mots "sentiments" et "ressentie" et vous verrez le sujet.

Il y a 8 jours de cela, un homme à décidé d'ôter la vie à plusieurs personnes, affectant par la suite, plusieurs familles, proches et amis de famille. On s'en est déjà prit, en France, à des personnes juste parce qu'elles voulaient profiter de la vie, le 13 novembre, on s'en ai prit a des personnes qui n'avaient rien demandé partout dans le monde. J'ai eu de la "chance" pour toutes les attaques vécus dernièrement, aucune personne que je connais n'a été touché. Je n'en retire pourtant aucune fierté, parce que l'Hyper Cacher qui a été touché le 9 janvier, j'ai un ami qui travaille juste à côté, et j'ai beau me dire qu'il est toujours là, je me rappelle toujours de la peur, la panique, que j'ai ressentie dans le ventre quand j'ai su qu'il y avait eu une attaque au Bataclan, et que je savais qu'il pouvait être là, qu'il pouvait faire partie de ses personnes qui sortent dans un bar pour boire un verre entre potes, qui sort un soir pour aller écouter son groupe/chanteur préféré. Cette peur là, je l'ai ressentie aussi pour Nice, a actualisé toutes les 3 secondes et demi, les réseaux sociaux pour savoir si c'était grave, qui était touché, relayé toutes les personnes recherchés. Le week-end du 14 juillet, juste après l'attaque à Nice, je suis rentrée chez mes parents, et nous en avons parlé, tous ensemble, autour de la table, nous avons dû expliqué à mon petit frère de 11 (presque 12) ans ce qu'il c'était passé, et j'ai beau me rassurer en me disant qu'on peut mourir en prenant le volant d'un chauffard qui aura trop bu, qui partira trop à gauche, qui expliquera que la route était trop humide et qu'il l'a fait vrillé de l'autre côté sur la voiture d'en face, qu'en traversant la rue, tu peux tomber sur un malade qui aurait décidé que tu serais sa prochaine compagnie pour un temps imparti, et qu'il ferait de toi ce qu'il veut, des choses positives comme négative. Je sais que même si ce n'est pas un mensonge, ce n'est pas ça qui m'effraie, ce n'est pas ça qui m'a fait pleuré quand j'ai su l'attaque de Nice, ce n'est pas ça qui m'a fait remonté la bile, c'est le fait de me dire que moi aussi je faisais partie d'un mouvement de foule, moi aussi j'ai participé au feu d'artifice de chez moi, moi aussi j'étais avec un tas de gens pour le voir, j'ai vue des voitures traversés, j'ai vue des enfants autour de moi, et quand j'ai su qu'on s'en est prit à des personnes à la fin du feu d'artifice, je me suis dis que ça aurait put être moi, et j'ai peur d'affronté la réaction que j'aurais a un tel choc, qu'est ce que j'aurais fais ? J'aurais voulu sauvé les enfants qui m'entouraient ? Je me serais enfuie ? Et si j'avais eu mon frère, ma sœur, auprès de moi, je les auraient protégé ? 
Je ne sais plus trop ou me placer, comment vivre avec ce besoin d'entourer mes proches, besoin de les savoir heureux, en vie, et entourer de ceux qu'ils ont envie d'avoir autour d'eux, je ne sais plus si je dois rire de tout, continuer à sortir, profiter de mes proches ou m'enfermer chez moi à lire des livres, écouter de la musique. 


Image de book, travel, and vintage

Merci à toutes les personnes qui liront ce texte brouillon, merci à toutes les personnes qui prendront le temps de s'arrêter ici. J'espère que cet article vous aura plu, à plus tard

5 commentaires:

Le blog de Lice a dit…

Quasiment tous les jours, quand j'allume la TV, je vois, j'entends des horreurs et je me demande où va le monde ? Pourquoi en arriver là ? Le monde ne tourne pas rond, les gens deviennent fou.
On ne sait plus comment réagir.. mais voilà, la vie est éphémère, donc il faut profiter des gens qu'on aime et passer sa journée comme si c'était la dernière!
Bises

Nina a dit…

Coucou Amélie, il n'y a pas assez de mots pour qualifier ces actes.
Je reste sans voix et ça me rend extrêmement triste et en colère.

Nina Moslee a dit…

Hey ! Très jolie texte, il décrit se que nous ressentons tous ! Tout ses actes nous montres à qu'elle point la vie est courte et inconnu. Que celle de nos proches aussi, qu'on veut les protégé mais on ne sais pas comment ! C'est ça le plus inquiétant ! Mais aussi de savoir qu'on est à l'abris nulle part !
Merci, de nous avoir fais part de t'es sentiments ♥
Plein de bisous ♥
Ludivine

Trek Vietnam a dit…

C'est tres touchant comme article.
Merci d'ecrire cela. Je le decouvre des mois apres ; mais cela fait toujours plaisir de lire des ecrits comme ceux-ci

Amélie GUILHOT a dit…

Merci beaucoup <3